EXPOSITION DU 19 MARS AU 23 AVRIL 2016





DANIEL G. HILL développe une géométrie sensible.
Il choisit des matières fragiles qu’il tisse, noue, suspend, jouant parfois de l’influence de l’apesanteur qu’il sait mettre de son côté.
Fin observateur, il saisit l’instant et le détail pour créer une oeuvre d’un équilibre rare et poétique.

JOCELYNE SANTOS est une magicienne de la couleur.
Aussi bien dans ses peintures que dans ses sculptures, les tons contrastés se juxtaposent avec bonheur, donnant naissance à des variations chromatiques inespérées. nous ne finissons jamais de découvrir sa palette: de nouvelles nuances s’invitent par surprise: des illusions devant notre regard ébloui.
et ce qui est caché dans l’oeuvre finit par être son principal sujet.

SHAWN STIPLING travaille avec la perception.
L’espace est toujours présent, suggéré par des croisements savants et des décalages trompeurs qui génèrent de nouveaux plans virtuels.
La simplicité de son trait n’est qu’apparente: éxécuté à la main, il prend néanmoins une apparence volontairement mécanique.
Pour nous mettre dans la confidence, les fines tranches de ses oeuvres gardent les traces des superpositions de couches de peinture, dévoilant ainsi l’envers du décor.

BOGUMILA STROJNA fabrique de l’espace.
Ses oeuvres peuvent être murales, posées à même le sol ou épouser parfois la construction du lieu qui les accueille.
Bien que souvent ludique, son travail a la rigueur de l’architecture.
Tout en étant dans une recherche permanente de matières, qu’elle privilégie industrielles, sa démarche reste indisociable de l’humain: c’est le refuge et la demeure. un espace utopique à habiter.

Laura Nillni,

Commissaire de l’exposition

Crédit photos: Daniel G. Hill